ONU : Les paysans nourrissent le monde sans pour autant avoir droit à l’alimentation

posted Modifié 👁 Veille


© ONUInfos | 12 avril 2018 Droits de l’Homme


FAO/Giulio NapolitanoDes femmes préparant la terre avant de planter des pommes de terre, à Gashikanwa, au Burundi. Pour la Haut-Commissaire adjointe aux droits de l’homme a appelé à « combler les lacunes» en matière de protection d’un plus d’un milliard de personnes qui sont des travailleurs ruraux, des petits exploitants, des pêcheurs, des sylviculteurs, des pasteurs, des éleveurs ou autres communautés rurales. « Un peu partout, il y a eu souvent des expropriations, il y a des expulsions forcées, des déplacements. Les gens sont obligés de quitter leurs terres ancestrales. »

Des femmes rurales plus vulnérables

Les services du Haut-Commissaire Zeid notent que par exemple que toute réforme agraire ou tout développement rural doit être « fondé sur les droits de l’homme ». Il faut juste rappeler que le Conseil des droits de l’homme avait adopté lors de sa 36e session en septembre dernier, une résolution demandant la mise en place d’un groupe de travail pour élaborer une déclaration sur les droits des paysans. Dans ce Projet de déclaration des Nations Unies sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales, les pays membres de l’ONU doivent ensuite se prononcer sur la définition des paysans, mais aussi sur les obligations des Etats, notamment concernant le respect et la protection des droits des paysans et autres personnes travaillant dans les zones rurales.


,