Afrique de l'Ouest: le conflit entre éleveurs et agriculteurs s'aggrave

posted Modifié 👁 Veille

Afrique de l’Ouest: le conflit entre éleveurs et agriculteurs s’aggrave

Ceinture centrale du Nigeria Le Nigeria est en première ligne dans la recherche d’une solution dans ce conflit pour la terre et l’eau. La txt_quote_double_openceinture centraletxt_quote_double_close du Nigeria, point de rencontre entre un nord majoritairement musulman et un sud principalement chrétien, est secouée depuis des décennies par des affrontements entre agriculteurs dits txt_quote_double_openautochtonestxt_quote_double_close, majoritairement de confession chrétienne, et éleveurs peuls nomades, essentiellement musulmans.



© Dominique Cettour-Rose (avec AFP)@GeopolisAfrique | Publié le 30/04/2018 à 09H41, mis à jour le 30/04/2018 à 09H47

Ce conflit, qui a fait près de 400 morts depuis janvier 2017 au Nigeria, a pris ces derniers mois une tournure identitaire et religieuse. Le pastoralisme représente plus de 60 millions de têtes de bétail en Afrique de l’Ouest et au Sahel, a rappelé le président de la commission de la Cédéao, Jean-Claude Kassi Brou.
  • Ces populations nomades, les Fulanis, évoluent du Sénégal au Tchad, vaste zone où ils font paître leurs troupeaux.
    • Ils ont été contraints par le réchauffement climatique à descendre plus au Sud pour trouver des pâturages, rappelleGéopolis.

Quand ils sont arrivés dans les régions d’agriculture, leur mode de vie nomade s’est heurté à celui des fermiers. Les troupeaux, selon l’accusation des fermiers, viennent en effet détruire les cultures. Le 25 avril 2018, le président Muhammadu Buhari a été saisi officiellement par le Parlement nigérian afin qu’il s’explique sur l’escalade de la violence dans son pays. Les élus lui demandent «le remplacement des chefs de service et conseillers en sécurité» de l’armée, selon le président de la chambre basse, Yakubu Dogara.

385 morts depuis janvier 2017 La plupart des violences ont lieu dans l’Etat de Benue, important territoire agricole situé au centre du pays, où quelque 385 personnes ont été tuées depuis janvier 2017, selon Armed Conflict Location and Event Data Project.

  • Des émeutes ont ensuite éclaté dans la capitale régionale Makurdi, faisant 11 morts au sein de la communauté musulmane prise pour cible par de jeunes chrétiens.


,