U.E. : les États divisés sur l’intervention tripartite en Syrie

posted Modifié 👁 Veille

© RFI | Publié le 16-04-2018 Modifié le 16-04-2018 à 14:30

La déclaration du Conseil traduit les différences d’appréciation des états membres.

  • Les Grecs et les Chypriotes pour qui la diplomatie doit revenir sur le devant de la scène. Comme dans l’affaire Skripal, ils ne veulent pas fâcher Moscou, allié de la Syrie.
  • Pour Angela Merkel, « les frappes » étaient « nécessaires » et « appropriées ».
    Moscou pourrait tirer avantage des divisions au sein de l’Union européenne. « On ne peut pas continuer ainsi. C’est la condition sine qua non pour régler le conflit syrien », estime le chef de la diplomatie allemande.


,