"No money for terror", conférence pour lutter contre le financement du terrorisme

posted Modifié 👁 Veille


© FRANCE 24 Avec AFP | Mise en ligne le 26 avr. 2018

Près de 500 experts et 80 ministres de 72 pays ont planché pendant deux jours, mercredi et jeudi, à Paris sur le financement du terrorisme international et sur les façons de l’entraver.

À l’issue de cette conférence rassemblant plus de 70 pays et une vingtaine d’organisations internationales, le président français Emmanuel Macron a salué la naissance d’une coalition de Paris.

  • «Il y a dans la salle des pays qui ne pensent pas la même chose, qui n’ont pas les mêmes sensibilités, dont les intérêts géopolitiques ne sont pas les mêmes, qui se sont souvent divisés, qui ont parfois financé des groupes opposés», a souligné Emmanuel Macron, au siège de l’Organisation de coopération et de développement économiques .
    • Mais «tous nous avons conscience qu’on ne peut pas continuer ainsi» et qu’il faut «coopérer pour assécher tous les financements» à travers «cette coalition de Paris qui jamais ne doit se désolidariser».

Jeudi après-midi, la conférence s’est ouverte sur un exposé de Peter Neumann, directeur de l’International Center for the Study of Radicalisation du King’s College de Londres, auteur en août d’une étude remarquée intitulée «Don’t follow the money» , dans laquelle il estimait que «la guerre au financement du terrorisme telle qu’elle est menée depuis 2001 a souvent été coûteuse et improductive».
- Jeudi matin, le procureur de Paris François Molins a révélé qu’un total de 416 donateurs ayant participé au financement du groupe État islamique avaient été identifiés en France. Il s’est alarmé d’un «micro-financement» du terrorisme alimenté par des sommes «modiques mais en nombre important».

Terrorisme «low cost»

Dans les trois-quarts des cas, le montant des sommes en jeu pour l’organisation des attaques n’a pas dépassé 10 000 dollars. « Oui, il y a le terrorisme low cost, mais il faut aussi traiter du financement de ces organisations».


,