Big Data : Commerce des mégadonnées

posted Modifié 👁 Veille

L’Internet, vecteur de puissance des Etats-Unis ? Le commerce des mégadonnées (Big Data)

L’industrie des mégadonnées est un enjeu crucial dans la mesure où le négoce de ces données en masse est un secteur en plein essor et déjà très lucratif ; la quasi-totalité des autres secteurs de l’économie, de la santé à l’agriculture en passant par les transports, en sont affectés, en bien ou en mal selon leur capacité à s’y adapter.


© Diploweb | 28 avril 2018 | Laurent BLOCH & Site WWW de Laurent BlochPrécédemment responsable de l’informatique scientifique de l’Institut Pasteur, Directeur du Système d’Information de l’Université Paris-Dauphine. Il est auteur de plusieurs ouvrages sur les systèmes d’information et leur sécurité. Il se consacre à la recherche en cyberstratégie. Auteur de « Internet, vecteur de puissance des Etats-Unis », éd. Diploweb 2017

Alors que l’Intelligence artificielle passionne, Laurent Bloch aborde dans ce quatrième chapitre le commerce des mégadonnées .

Le commerce de données et ses acteurs

Les GAFA sont des entreprises de première grandeur, leaders dans le cyberespace, toutes américaines. Les revenus de ces entreprises proviennent en partie ou en quasi-totalité de la commercialisation de données secondaires laissées sur leurs sites par les internautes. Chaque recherche sur le site de Google, chaque bavardage sur Facebook, chaque achat sur Amazon engrange dans les greniers électroniques de ces entreprises des informations dites secondaires, éventuellement calculées à partir des méta-données , relatives à vos goûts, votre résidence, vos fréquentations, etc., qui, dûment anonymisées, agrégées et soumises à des traitements statistiques, seront vendues à des agences publicitaires, des cabinets de marketing, des agences matrimoniales, des opérateurs touristiques, etc.

- Quant aux données primaires, ce sont la teneur de vos bavardages ou vos messages de blog, que vous aurez fournis gratuitement et qui attireront d’autant plus d’internautes que vous aurez raconté des bêtises et publié des photos scabreuses qui vous nuiront auprès des conjoints et employeurs potentiels pour le reste de votre vie en ce bas monde. Une donnée, sauf si elle est protégée par un dispositif de contrôle d’accès tel que chiffrement ou tatouage électronique, est un bien non-rival et non-exclusif , en d’autres termes un bien public .

  • Il ne faudrait surtout pas croire qu’il ne s’agirait là que de l’activité habile de quelques jeunes gens décontractés autour de deux ou trois ordinateurs dans le garage de leurs parents. Ainsi on a pu lire sous la plume de Charles de Laubier que le prélèvement de 20 % du prix de la course effectué par Uber sur la recette du chauffeur de VTC affilié relevait « du servage », mais le même supplément hebdomadaire que La Tribune a consacré à cette plate-forme d’intermédiation nous apprend quelques pages plus loin qu’Uber employait à l’époque 450 développeurs à San Francisco et à Amsterdam, qu’il faut bien rémunérer .
    • D’ailleurs ces 20 % sont à comparer aux 33 % des compagnies de taxis traditionnelles. Uber est une plate-forme d’intermédiation parce qu’au lieu de simplement percevoir un fermage elle conserve, organise et exploite toutes les données qu’elle reçoit sur ses chauffeurs et sur ses clients.

Il faut savoir que Google ou Amazon exploitent chacun des millions de serveurs à la surface de la terre, ils achètent des centrales hydroélectriques pour en assurer le fonctionnement, ils exploitent leurs propres réseaux de fibres optiques transocéaniques.

Concurrence et conflits réglementaires

Ce commerce de données produites gratuitement par des centaines de millions d’internautes et collectées par les entreprises qui ont créé les plates-formes géantes que sont les sites des GAFA est d’ores et déjà un axe de l’économie mondiale, mais ce n’est qu’un début parce que ce phénomène qui a commencé par concerner la publicité et le marketing étend progressivement son influence à tous les secteurs.

Resoomer


,